Les apparitions de « La Dame » de Fatima (Portugal)
(1915, 1916, 1917)
Un Ovni pas comme les autres ...





Le livre de Gilles Pinon, un chrétien, Contre-Amiral de l'Armée française



< Précédent| |Suivant >






acheter le livre sur Amazon.fr / - nouvel onglet

acheter le livre sur Priceminister / - nouvel onglet

  • Commentaire sur le livre :
    Fatima, un Ovni pas comme les autres ? de Gilles PINON, un chrétien, le contre amiral PINON émet une hypothèse sur la danse du soleil que des milliers de personnes ont vue. Un livre documenté qui explique pourquoi ce serait un phénomène ovnien !
    Gilles PINON démontre que  est l'un des meilleurs livres sur le phénomène OVNI et le meilleur sur les évènements de Fatima.
    Avec une grande intelligence, l'auteur ne "raconte" pas "sa version" des évènements qui eurent lieu à Fatima en 1917 mais DEMONTRE avec brio par syllogisme le caractère ovnien et extraterrestres de ces évènements car il en possède toutes les caractéristiques. Exercice facile diriez-vous ? déjà écrit par le passé ? Ce serait passer sous silence la grande culture religieuse de l'auteur qui lui permet d'imbriquer comme une pièce d'un puzzle les évènements et les messages de Fatima en ufologie : une véritable exegèse croisée entre mariophanies et OVNI !
    Un livre indispensable en ufologie et en théologie dont on ne ressort pas indemne de la lecture...



En 1915 (peut-être Avril, Lucia ne se souvenant pas de la date exacte), Lucia dos Santos, 8 ans, est en train de dire son chapelet près de Fatima (Portugal) lorsqu'elle voit un nuage blanc, translucide, et une forme humaine. Cela se reproduit une 2ème fois, puis une 3ème en Octobre.

 
En 1916, Lucia et ses 2 cousins, Francisco et Giacinta, aperçoit dans une grotte une figure lumineuse à l'apparence d'un garçon de 14 ans, qui se présente comme l'ange de la paix. Cette année-là, ils revoient la figure 2 autres fois [Pinon].

Le dimanche 13 mai 1917 à 12 h, toujours à Fatima (Portugal), Lucia à 10 ans. Avec ses cousins Francisco (9 ans) et Giacinta (7 ans) Marto, frère et soeur, ils font paître leur troupeau de brebis après avoir assisté à la messe. Ils jouent à construire un mur autour d'un buisson quand leur attention est attirée par un phénomène lumineux, comme un globe brillant dans les airs. Ils redescendent alors vers leur ferme, et s'approchent d'une vaste dépression herbeuse appelée Cova de Iria (littéralement : la grotte de Sainte Irène, un ancien lieu sacré) pour voir ce qui se passe. Une lumière les englobe alors et les aveugle presque, mais leur permet de voir en son centre une petite femme en robe blanche. Elle leur parle en les rassurant et leur demande de revenir tous les mois au même endroit et à la même heure, pendant 6 mois.

Le 13 juin à 12 h, une cinquantaine de personnes sont au rendez-vous à Fatima. Elles voient les petits bergers s'agenouiller soudain et devenir comme transfigurés. L'enfant la plus âgée, Lucia, 10 ans, parle à une entité invisible dont on n'entend pas les réponses. L'un des spectateurs déclare pourtant avoir perçu une voix très faible ou le bourdonnement d'une abeille. A la fin de ce dialogue, tous les témoins entendent une explosion et voient un petit nuage qui s'éleve au voisinage d'un arbre.


Giacinta, Lucia et Francisco

Prophéties

 
Le 13 juillet à 12 h, le nombre des témoins est monté à 3000. On observe un bourdonnement ou un ronflement, une diminution de la luminosité du Soleil et de sa chaleur, un petit nuage blanchâtre autour de l'arbre des apparitions et un bruit puissant au départ de la Dame.

Les enfants sont terrifiés par une vision de l'enfer et reçoivent une prophétie spécifique annonçant des apparitions de lumières inconnues dans le ciel :

  • La guerre va prendre fin, mais si les peuples ne cessent pas d'offenser Dieu, il y aura une autre guerre plus terrible durant le règne de Pie XI [il mourut en 1939]. Quand vous verrez la nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c'est le grand signe que Dieu vous donne qu'il va punir le monde pour ses crimes par le moyen de la guerre, de la famine et de la persécution de l'Eglise et du Saint-Père. Pour empêcher cela, je viendrai demander la consécration de la Russie... Si mes requêtes sont écoutées, la Russie sera convertie et il y aura la paix. Sinon, elle répandra ses erreurs sur le monde.

 



L'apparition annonce qu'elle fera un miracle le 13 octobre

Le 13 août à 12 h, 18 000 personnes sont sur les lieux de l'apparition, mais les enfants ne sont pas là.
Ils ont été enlevés et jetés en prison par l'administrateur de l'arrondissement ayant décidé de mettre fin à ces sottises. En leur absence, on entend un coup de tonnerre suivi d'un éclair brillant. Un nuage blanchâtre se forme autour de l'arbre.

Il plane quelques minutes, s'élève puis se dissipe. Les nuages du ciel deviennent cramoisis puis passent au rose, au jaune et au bleu. Les témoins parleront de d'une lumière colorée, comme un arc-en-ciel au sol, des nuages autour du Soleil qui reflétaient diverses couleurs sur les gens. Ils verront des fleurs qui tombent (le fameux phénomène des "cheveux d'ange"). Un homme, Manuel Pedro Marto, déclarera sous serment, au cours de l'enquête canonique qui suivit, avoir vu un globe lumineux tourant sur lui-même dans les nuages,




Le 19 août, les enfants, relâchés, gardent leurs moutons près d'Aljustrel quand ils voient l'éclair et une lueur brillante qui se fixe sur un arbre près d'eux. Au centre se dresse l'entité drappée de blanc et d'or.



 

Le 13 Septembre à 12 h, la foule est de 30 000 personnes, y compris 2 prêtres parfaitement sceptiques venus spécialement pour établir la fausseté des prétendus "miracles". Le site des apparitions est un vaste amphithéâtre où la plus grande partie de la foule s'est installée pour être proche de l'arbre des apparitions. Cependant, les deux prêtres ont choisi un emplacement en un lieu plus élevé d'où ils peuvent tout voir. Le Soleil devient alors moins intense bien qu'il n'y ait pas de nuages dans le ciel. Des milliers de personnes : La voilà... regardez ! Tous voient un globe de lumière descendant lentement la vallée, d'Est en Ouest, en direction des enfants. Il vient se poser sur l'arbre. Un nuage blanc se forme et de brillants pétales blancs se mettent à tomber du ciel vide : comme les gens fixent ce spectacle étrange, ils remarquent bientôt que, contrairement aux lois de la perspective, ces globules luisants qui tombent deviennent de plus en plus petits quand ils s'approchent d'eux. Et quand ils tendent leurs mains et leurs chapeaux pour les saisir, ils s'aperçoivent que, d'une manière ou d'une autre, ils se sont volatilisés. Les enfants voient à nouveau l'entité au centre du globe et le dialogue reprend entre la Dame et Lucia. La promesse d'un miracle pour le 13 octobre est renouvelée. Puis le globe lumineux s'élève et disparaît dans le Soleil. Quand on demanda à l'un des prêtres de quelle nature lui paraissant le globe, celui-ci, très impressionné, dit qu'il pouvait s'agir d'un véhicule céleste qui transportait la Mère de Dieu de son trône jusqu'au désert ici-bas.




Le 13 octobre à 12 h, devant une foule de 70 000 personnes malgré une forte pluie, les enfants entrent en communication avec La Dame. Les témoins observent le grand changement intervenant sur les visages des 3 enfants, transfigurés par la vision. Le miracle annoncé a lieu au départ de la Dame de la Cova da IriaLa pluie qui n'a cessé de tomber sur la foule s'arrête soudain, et les lourds nuages s'écartent. Le Soleil apparaît comme un disque d'argent brillant, un disque fantastique qui tourne rapidement sur son axe et lance des faisceaux de lumières colorées dans toutes les directions. Des rayons de lumière rouge fusèrent du bord du Soleil et colorèrent les nuages, la terre, les arbres, les gens ; puis des rayons violets, bleus, jaunes et d'autres couleurs se succèdèrent.
un disque fantastique qui tourne rapidement sur son axe et lance des faisceaux de lumières colorées dans toutes les directions. Des rayons de lumière rouge fusèrent du bord du Soleil et colorèrent les nuages, la terre, les arbres, les gens ; puis des rayons violets, bleus, jaunes et d'autres couleurs se succèdèrent.Ces couleurs ont été décrites par un sceptique objectif comme des secteurs monochromatiques


Ces couleurs ont été décrites par un sceptique objectif comme des secteurs monochromatiques qui tournoyaient sans arrêt.





Les rapports parlent d'un disque plat plutôt que d'un globe. Après un certain temps, il arrête sa rotation et plongea vers le bas en zigzag - comme une feuille morte - vers la terre et les spectateurs horrifiés. La plupart des observateurs croient alors que leur dernière heure est arrivée. Nombre d'entre eux, dont des détracteurs, s'agenouillent dans la boue et se mettent à se confesser publiquement. Finalement, le disque inverse son mouvement et disparaît vers le Soleil, le vrai, à nouveau fixe et ébouissant dans le ciel. La foule boulversée se rend soudain compte que ses vêtements sont parfaitement secs. Etayant notamment cette version des faits est le témoignage du Dr. Almeida Garrett de l'Université de Coimbra, décrivant la rotation très rapide d'un objet, et contestant les explications de Soleil vu à travers la brume ou un brouillard [Martindale 1950].



Le ciel lors de l'observation du 13 Octobre





En 1918 Après les apparitions à Fatima l'année précédente, les résultats spirituels sont importants, malgré les efforts des autorités portugaises pour les minimiser et les déconsidérer. Les conversions et le retour à la pratique religieuse ont pris une dimension telle que le régime portugais, très anti-religieux, évolue rapidement et rétablit ses relations diplomatiques avec le Saint-Siège au Vatican.

En 1919, Francisco Marto, l'un des trois petits bergers témoins de l'obervation à Fatima en 1917, meurt de la grippe espagnole.

En 1920 Giacinta Marto meurt de pleurésie.

En 1941, Lucia révèle les 2 premières parties de la prophétie de juillet 1917. Après qu'elle ait eu la confirmation que Dieu voulait que la 3ème partie du secret soit écrite maintenant, et se sentant mourir, Lucia la couche sur papier entre le 2 et le 9 janvier 1944, sous l'obédience de son évèque. Le Pape et l'évèque de Leira peuvent le lire immédiatement, mais le monde doit attendre l'an 2000.

Cette année-là au Vatican, le Secrétaire d'Etat aux Pélerins du Pape livre le contenu du 3ème secret impliquant martyr et souffrance, parlant d'un homme habillé de blanc tombant au sol, apparemment mort, sous un éclat de tir. Le Cardinal Angelo Sodano ajoute que le secret entier, semblant à l'évidence dépeindre l'assassinat manqué de Jean-Paul 2 en 1981 (après lequel ce dernier aurait eut une passion pour Fatima), sera rendu public après une préparation appropriée pour les fidèles. En cette même occasion sont béatifiés 2 des enfants décédés très tôt.




Traduction française courte des événements du 13 mai 1917
Référence web :
http://www.medjugorje-online.com/apparitions/fatima.php



En 1917, la Vierge Marie est apparue à trois enfants - Lucia, Francisco et Jacinta - sur les périphéries de leur village, Fatima. Marie prévu et a avertit de la Deuxième Guerre Mondiale et de l'expansion du Communisme. Le miracle du « soleil dansant devant 70.000 personnes. L'église catholique a approuvé les apparitions, et aujourd'hui Fatima est un des pélerinages pour Marie les plus visités dans le monde.
Les trois jeunes « visionnants » de Fàtima faisaient paitre leurs moutons quand, en 1916, le prétendu « ange de la paix » est apparu à eux. Peu après, les enfants ont commencé à « visionner » des apparitions de la Vierge Marie, qu'ils ont appelée « La Dame du Rosaire ».
Les apparitions de Marie ont commencé en mai 1917, une année après que l'ange de la paix eut apparu ; Marie sembla donner aux enfants la communion du Pain Azyme Sacnctifié. Lucia décrira plus tard la Vierge comme une « dame, vêtue de blanc, plus lumineux que le soleil, rayonnant une lumière plus claire et intense qu'une tasse en cristal remplie avec de l'eau de scintillement, allumé en brûlant comme la lumière du soleil. »
Les apparitions avaient eu lieu pendant la période de la Première Guerre Mondiale. Comme dans le Medjugorje, Marie a donné plusieurs « « secrets » » aux visionnants de Fàtima. Ainsi, l'Histoire a prouvé l'authenticité de Fàtima. Marie a dit, d'après les trois visionnants : « Cette guerre va finir ; mais si les gens ne cessent pas d'offenser Dieu, le pire éclatera pendant le Pontificat de Pie XI. Quand vous voyez une nuit illuminée par une lumière inconnue, savent que c'est le « grand signe donné par Dieu » qu'il est sur le point de punir le monde pour ses crimes, au moyen de la guerre, la famine, et les persécutions de l'Eglise et du Pape Catholique empêchent ceci, je viendrai pour demander la consécration de la Russie à mon coeur immaculé, et le Communion de la réparation le premier samedi. Si mes demandes sont observées, la Russie sera convertie, et il y aura de la paix ; sinon, elle répandra des erreurs dans le monde entier, entraînant des guerres et des persécutions de l'Eglise. La bonne volonté sera martyrisée, le Pape Catholique aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront annihilées. En fin de compte, mon Coeur Immaculé triomphera. La Sainte-Russie sera convertie et « Consacrée » de par ma volonté et celle du Pape Catholique Romain et une période de paix sera accordée au monde. »
Comme réalisation à cette prophétie, beaucoup d'Européens verront rougeoyer inexplicablement les Cieux Nocturnes en 1937. Peu de temps après, la Seconde Guerre Mondiale éclatera, suivi de la diffusion du Communisme de Russie à divers pays dans le monde entier. Et c'est seulement au Pontificat de Jean-Paul II que celui-ci fera en sorte de faire s'éteindre le Communisme dans La Sainte-Russie jusqu'en Europe de l'Est, incluant en Yougoslavie où les apparitions de Medjugorje avaient déjà lieu, à partir de 1984.
Le miracle le plus profond chez Fàtima était « le miracle du soleil ». Marie avait dit aux trois enfants qu'elle exécuterait un miracle dans l'Espoir que les sceptiques croiront aux Apparitions. Ainsi, le 13 octobre 1917, plus de 70.000 personnes en seront témoins sous une terrible pluie torrentielle. Les trois enfants ont alorsprouvé leurs visions. Pendant que la pluie tombait plus drue et que le champ se transformait en boue, les spectateurs se sont blottis sous une océan de parapluies. Puis, vers la fin de l'Apparition, Notre-Dame a exécuté le miracle qu'elle avait promis :

« Les nuages épais de l'orage soudainement se séparèrent et là, planant comme un disque gris mat qui pourrait être regardé directement, se trouvait le Soleil. Un journaliste athée a présenté ses observations sur l'événement: «« On pouvait voir l'immense masse de gens en multitude tournant les yeux vers le soleil, qui était alors devenu exempt de nuages et qui était à son zénith. Il a ressemblé à une plaque d'argent mat et il était possible de la regarder sans moindre malaise. On pourrait avoir pensé que une éclipse avait lieu. Mais à ce moment un grand cri est monté et on pourrait le plus presque entendre les cris actuels de spectateurs: « Un miracle! Un miracle! » La foule, dont le coeur était tout biblique qu'ils se sont tenus nu-tête, recherchant ardemment le ciel, le soleil a tremblé, fait les mouvements incroyables soudains en dehors de toutes les lois cosmiques - oui, le soleil a dansé !»»
Plusieurs des spectateurs ont été terrifiés que le soleil se briserait vers le bas sur eux. Puis, pendant que le soleil revenait à la normale, chaque personne dans la foule s'est rendue compte qu'ils étaient complètement secs en dépit du détrempage des vêtements dus à la pluie juste avant. »


 






Gilles PINON, un contre-amiral à la retraite français, est un ufologue très reconnu en Fance, aujourd'hui décédé.
Suite à sa très longue étude personelle sur le phénomène Ovni (selon lui) qui eut lieu à Fatima le 13 mai 1917, il écrit une une lettre au Président Sarkozy en 2008 :


http://ovnis-usa.com/lettre-ouverte/

Lettre ouverte au Pdt Sarkozy du Contre-Amiral Gilles PINON (2008)


Le principe de précaution appliqué au phénomène ovnien

Préambule

On ne subit pas l’avenir, on le fait. (Georges Bernanos) En l’absence même de toute intention hostile, l’intrusion d’une civilisation extraterrestre pourrait porter atteinte à notre environnement compris comme l’ensemble des conditions naturelles, sociales et culturelles constituant le théâtre des activités humaines. La Charte de l’environnement, qui a valeur constitutionnelle, prévoit que lorsque la réalisation d'un dommage, bien qu'incertaine en l'état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l'environnement, les autorités publiques veillent, par application du principe de précaution [ ], à la mise en oeuvre de procédures d'évaluation des risques [ ].

Le phénomène ovnien

Des phénomènes aérospatiaux insolites se montrent régulièrement dans notre espace aérien. On les appelle communément OVNI. Le CNES (Centre national d’études spatiales) préfère leur donner le nom de PAN (phénomène aérospatial non identifié).

Avant que de chercher à leur donner une interprétation, il nous faut reconnaître une évidence toute simple : ils existent. Certes une grande partie relève de méprises, de fantasmes ou d’hallucinations, mais une part irréductible et significative semble témoigner de lois physiques inconnues et participer d’un principe intelligent. Ils ont donné naissance à une discipline, l’ufologie, qui comprend deux activités bien distinctes : en premier lieu la collecte des données, en second leur interprétation. Par convention, nous désignerons, dans la suite de cette lettre, par le terme générique « phénomène ovnien » l’ensemble des pans qui, après examen, n’ont reçu aucune explication rationnelle au regard de nos connaissances scientifiques

Les données

Un groupe d’études émanant du CNES, le GEIPAN (groupe d’études et d’information des phénomènes aérospatiaux non identifiés), a reçu en France la mission officielle de recueillir, d’analyser et d’archiver les données relatives aux pans. Grâce à cet organisme et au travail obstiné d’enquêteurs indépendants, nous disposons aujourd’hui de banques de données comportant plusieurs milliers d’observations. Leur étude statistique met en évidence la complexité et l’incongruité du phénomène qui recouvre des dizaines de types d’événements, allant du plus banal, simple lumière anormale dans le ciel, au plus surprenant, enregistrement radar d’objets aux performances cinématiques inexplicables. Mais elle fait aussi apparaître une cohérence interne et des caractéristiques générales, relativement stables et rarement démenties, de réalité physique et de comportement intelligent, non hostile, discret, furtif et brouillé.

L’interprétation

L’interprétation la plus répandue parmi les ufologues soutient que le phénomène ovnien est gouverné par une (ou plusieurs) intelligence non terrestre. Dans cette hypothèse, il faut accepter l’idée qu’il cache un dessein potentiellement hostile, un programme soutenu par une stratégie. Quel est ce programme ? Qui en sont les auteurs ? Quelle est leur stratégie ? Telles sont les questions que nous sommes amenés à nous poser face à une activité inconnue. Partant, l’étude du phénomène ovnien ressortit aux méthodes d’appréciation des situations complexes mettant en jeu des intelligences aux desseins équivoques et des informations rares, sporadiques et brouillées.

Des méthodes hypothéticodéductives, itératives et adaptatives

Quelles sont ces méthodes ? De conception militaire, elles sont apparues durant le dernier conflit mondial, en même temps que la recherche opérationnelle. Elles sont enseignées dans les écoles supérieures de guerre (en France, le Collège interarmées de défense) et sont employées par les états-majors des grandes puissances. Les grandes entreprises, exposées aux contraintes économico-politiques et devant affronter une concurrence où la désinformation est couramment pratiquée, les ont adoptées et adaptées à leurs besoins propres. Cela explique la présence de la métaphore et de la terminologie militaires dans le discours des dirigeants de société.

Ainsi que la recherche opérationnelle, elles ont pour objet de pallier l’insuffisance de l’intuition et du bon sens devant des situations confuses dépendant de paramètres multiples, relevant de facteurs objectifs et soumises à des événements naturels aléatoires. Mais contrairement à la recherche opérationnelle, elles tiennent compte de l’immixtion d’une intelligence extérieure douée de volonté et capable de brouillage et de comportements arbitraires apparemment irrationnels. Elles sont particulièrement pertinentes en présence de désinformation et dans des conflits asymétriques opposant des adversaires aux logiques différentes, aux éthiques divergentes et aux modes de pensée dissemblables, comme la lutte contre le terrorisme ou, le cas échéant, une intrusion extraterrestre.

De quelle sorte de raisonnement ces méthodes participent-elles ? Elles sont de type hypothéticodéductif. Elles consistent à formuler des présuppositions, préalablement passées au crible des vraisemblances éthique, technique, économique et opérationnelle, dont sont déduites des conséquences, passées et futures, susceptibles d’être vérifiées par l’observation et le renseignement. Si elles trouvent une vérification expérimentale, elles sont validées. Sinon, elles sont soit réfutées soit révisées afin de les rendre compatibles avec l’expérience. Elles sont par construction itératives et adaptatives. Elles astreignent à une pensée formalisée et rigoureuse. Tout bien considéré, elles sont une application assez fidèle de la méthode scientifique de Karl Popper.

Elles s’opposent au processus inductif de pensée qui va du particulier au général, qui prétend à un énoncé général à partir d’un nombre limité d’observations. S’agissant de l’ufologie, la méthode inductive est inappropriée en raison d’une information fortement dépréciée. Elle a malheureusement conduit à deux écueils : d’une part au scepticisme ou au refus de toute tentative d’interprétation car les visages polymorphe et absurde que revêtent les manifestations des pans depuis soixante années ne permettent pas de justifier un énoncé général ; d’autre part, par extrapolations abusives, à l’élaboration d’interprétations hasardeuses et au développement de thèses conspirationnistes.

Une possible intrusion extraterrestre

Si nous écartons a priori l’hypothèse non scientifiquement réfutable d’une intelligence transcendant le monde sensible, il faut bien admettre que nous avons possiblement affaire à une intrusion extraterrestre, c'est-à-dire à la présence non désirée d’êtres intelligents appartenant à une ou plusieurs planètes de la Voie lactée ou d’une autre galaxie. Pour que les méthodes hypothéticodéductives lui soient applicables, encore faut-il vérifier que ces êtres peuvent raisonnablement faire l’objet de présuppositions. La difficulté vient alors, entre leurs civilisations et la nôtre, des écarts des connaissances et des évolutions : écart certain pour ce qui est des sciences et des technologies ; écart vraisemblable des évolutions biologiques et sociales et des éthiques.

Une nouvelle forme d’incommensurabilité ?

Tout revient à la question de savoir si des êtres intelligents aux niveaux de connaissances inégaux et aux développements psychique et biologique éloignés seraient capables de se comprendre. A cette condition seulement, les présuppositions auront un sens et pourront être admises comme hypothèses heuristiques. Une position est aujourd’hui en faveur chez certains ufologues qui prétendent, après Carl Sagan, que les différences de connaissance et d’évolution seraient en réalité des obstacles insurmontables rendant impossible notre compréhension, voire notre perception, d’une intrusion. S’il est vrai que le fossé du langage est à jamais infranchissable entre l’homme et l’animal, il ne serait pas en revanche un empêchement dirimant entre notre civilisation et celles des autres mondes technologiquement, et peut-être psychiquement, supérieurs. En effet l’exobiologie tient pour probable que tous les êtres intelligents de l’univers sont dotés de capacités d’inférence et de gestion du temps et que leurs schémas mentaux sont, selon toute vraisemblance, analogues sinon identiques. Il vient qu’il est légitime d’appliquer les méthodes hypothéticodéductives au phénomène ovnien et, par conséquent, de chercher à découvrir, au-delà de leurs modes de déplacement dans l’espace, les intentions à notre égard des éventuels intrus.

Présuppositions

Elles doivent porter sur la nature de ces êtres, sur leur libre ou serf arbitre, sur leur organisation sociale et politique, leur éthique collective, leurs intentions et leurs activités. La vie revêt-elle ailleurs des formes radicalement différentes ? Les êtres biologiques extraterrestres doués d’intelligence ont-ils une physiologie semblable à celle de l’homme ? Erigent-ils leurs sociétés en civilisations ? Dans l’hypothèse où certains auraient acquis la maîtrise de l’espace, de quelle organisation sociale et politique se seraient-ils dotés pour atteindre un tel niveau de connaissances ? Quelle serait leur éthique ? Reconnaîtrait-elle une vérité morale ? Quelle stratégie adopteraient-ils vis-à-vis des civilisations visitées ? Au service de quelle mission ? Obéiraient-ils à un principe de précaution ? Quelles procédures d’approche appliqueraient-ils ? Des signes de leur présence seraient-ils perceptibles ?

Désinformation et brouillage

Dès lors que l’on tient pour plausible une intrusion extraterrestre, il convient de s'interroger sur son origine, son mobile et sa dangerosité :
  • Sommes-nous en présence d’une seule civilisation ou de plusieurs civilisations opérant de concert ou de manières indépendantes ?
  • S’agit-il d’une simple surveillance à distance, d’une intervention ponctuelle ou d’une tentative d’influence ou de prise de contrôle ?
    Il est vain d’espérer que d’une démonstration ovnienne ostensible et non brouillée surgiront un jour prochain les réponses à ces graves questions parce que le phénomène est discret, furtif et brouillé et ne semble pas disposé à se dévoiler. Elles ne viendront pas davantage d’une étude reposant sur l’induction car il est de mieux en mieux établi qu’il est depuis son origine l’objet d’opérations de travestissement et de déformation de la vérité :
  • la désinformation mise en œuvre par des fabulateurs aux intérêts obscurs et par des agences gouvernementales motivées par l'enjeu stratégique et la nécessité du secret ;
  • l’amplification, plus ou moins volontaire, de certains des témoins et enquêteurs ;
  • le brouillage et le camouflage par les intrus eux-mêmes.
    Désinformation et brouillage sont si présents qu’il devient difficile de faire la part entre la réalité et la fiction, de restituer une information fiable et crédible à partir des seuls récits des témoins. Les méthodes hypothéticodéductives sont censées lever ces difficultés.
Un risque d’ethnocide planétaire

Quand bien même elle ne montrerait aucune intention hostile, une intrusion extraterrestre présenterait un danger de chaos pouvant conduire à un ethnocide si, par accident, elle se montrait au grand jour sans laisser aucun doute sur son origine. A défaut d’une action psychologique préalable, les hommes pourraient perdre confiance dans leur capacité de maîtriser leur avenir. L’équilibre du monde en serait bouleversé. Cependant que le génocide est l’extermination d’un groupe ethnique ou religieux, l’ethnocide est la destruction de sa culture. Le chaos n’est pas propre aux systèmes physiques. Des évolutions chaotiques se rencontrent aussi bien dans d’autres systèmes naturels complexes, composés de plusieurs sous-systèmes interagissant fortement. Des événements extérieurs, que les économistes appellent « chocs », pourraient jouer un rôle déterminant dans le déclenchement des involutions irréversibles. Or peut-on concevoir un choc culturel plus violent, plus déstabilisateur, que le contact impromptu avec des êtres extraterrestres qui ont mis la terre sous observation ?

Le risque d’ethnocide ne peut être négligé. Il doit être pris en considération au plus haut niveau de l’État. Là encore, seules les méthodes hypothéticodéductives sont susceptibles d’apporter une aide précieuse à la décision. Compte tenu des réflexions d’ordre général qui précèdent et considérant :
  • que la France s’est dotée d’un organe officiel de collecte et d’analyse des données des pans, le GEIPAN,
  • que le GEIPAN et son comité de pilotage n’ont pas reçu pour mission d’interpréter le phénomène ovnien,
  • que, seraient-ils chargés de cette mission, ils ne détiendraient pour la mener à bien ni la compétence ni les moyens ni la méthode,
  • que le phénomène ovnien est possiblement la manifestation de l’intrusion d’une ou de plusieurs civilisations extraterrestres,
  • que, si l’intrusion n’est pas prouvée scientifiquement, il existe en sa faveur de fortes présomptions, comme l’a écrit en son nom propre dans un livre récent M. Yves Sillard, président du comité de pilotage du GEIPAN, ancien directeur général du CNES et ancien délégué général pour l’armement,
  • qu’une intrusion extraterrestre procède nécessairement d’une politique respectant une éthique et implique un programme servi par une stratégie, ▪ qu’une stratégie relevant d’une intelligence étrangère aux motifs incertains pourrait porter atteinte à notre environnement compris comme l’ensemble des conditions naturelles, sociales et culturelles constituant le théâtre des activités humaines,
  • qu’elle doit donc faire l’objet, selon une méthode appropriée, d’une étude d’évaluation des risques, notamment le risque ethnocidaire, par application du principe de précaution conformément à l’article 5 de la Charte de l’environnement, ▪ que la seule méthode appropriée face à une menace imprécise est la méthode d’appréciation des situations complexes mise au point par les grands états-majors,
  • que le phénomène ovnien est une affaire trop grave pour être abandonnée aux seuls GEIPAN, ufologues et associations ufologiques, à la rumeur publique,
  • que - pour ce que l’on en sait - aucune étude officielle portant sur l’interprétation du phénomène ovnien n’a été conduite à ce jour en France, 
  • qu’à la suite de la publication du rapport Condon, une telle étude a vraisemblablement été menée aux États-Unis en toute confidentialité et que ses conclusions suffiraient à expliquer la désinformation que ce pays semble avoir mise en place pour préserver sa situation dominante et, peut-être, écarter le risque ethnocidaire,
,   les soussignés ont l’honneur de demander à Monsieur le Président de la République de bien vouloir ordonner une étude exhaustive du phénomène ovnien en application d’une méthode hypothéticodéductive empruntée aux états-majors. Cette étude devrait réunir de hautes compétences dans les disciplines directement concernées : politique, militaire, scientifique, sociologique, philosophique et ufologique. Elle recevrait pour objet d’infirmer ou de valider l’interprétation extraterrestre et, le cas échéant, de mettre en évidence la stratégie poursuivie par l’intrusion et, si possible, ses moyens. Ainsi le gouvernement de la France serait-il en mesure de mettre sur pied, à des fins de vérification, des actions spécifiques d’investigation scientifique et de renseignement, puis de construire sa propre stratégie, enfin d’arrêter la politique nationale qu’il conviendrait d’appliquer en matière de défense, de sécurité, de recherche, de santé et de maîtrise de l’information. Il disposerait en outre d’éléments pertinents pour décider de la position à tenir sur la scène internationale et de l’information qu’il serait éventuellement nécessaire de porter à la connaissance des institutions et de l’opinion publique.

A Versailles, le 14 avril 2008 
  • Gilles Pinon, Contre-amiral (2S)
  • Jacques Costagliola, Docteur en médecine
  • Claude Lavat, Ingénieur ESME 
  • Francis Collot, Chirurgien 
  • Alain Labèque, Ingénieur CNRS 
  • Vincent Morin, MCU docteur en électronique
  • Rémi Saumont, Ancien directeur de recherches à l'INSERM