[SCIENCE-usa 2010]
Le Big-Bang abandonné / Les multiples univers jumeaux au nôtre




Ces mises au point contre le "Modèle Standard" (le big-Bang) montre que les Messages des Elohim tiennent la route vis-à-vis du développement de la Science

  • Les Elohim nous disent dans leur Message :
    • "notre symbole est le Symbole de l'infini"
    • "il représente l'infini dans l'espace et le temps"
    • " les 'Créés' deviennet un jour des 'Créateurs'
    • le triangle orienté vers le bas est entrelacé avec le triangle orienté vers le haut : ce qui est en bas ('les Créés') est comme ce qui est en haut (les Créateurs)

      Extraits du Livre  "Les messages donné par les Extra-Terrestres" // "Message from The Designers"






Deux articles du M.I.T. (Massachussetts Institut of Technology)



  • disponibles sur :

    http://www.technologyreview.com/blog/arxiv/25492/

    http://www.technologyreview.com/blog/arxiv/26132/2/


Les 2 articles :





Article du Massachussetts Institute Of Technology (M.I.T.)

disponible sur :
http://www.technologyreview.com/blog/arxiv/26132/

TRADUCTION EN FRANCAIS

arXiv blog

Astronomers Find First Evidence Of Other Universes

Our cosmos was "bruised" in collisions with other universes. Now astronomers have found the first evidence of these impacts in the cosmic microwave background

kfc 12/13/2010

  • 32 Comments



There's something exciting afoot in the world of cosmology. Last month, Roger Penrose at the University of Oxford and Vahe Gurzadyan at Yerevan State University in Armenia announced that they had found patterns of concentric circles in the cosmic microwave background, the echo of the Big Bang.

This, they say, is exactly what you'd expect if the universe were eternally cyclical. By that, they mean that each cycle ends with a big bang that starts the next cycle. In this model, the universe is a kind of cosmic Russian Doll, with all previous universes contained within the current one.

That's an extraordinary discovery: evidence of something that occurred before the (conventional) Big Bang.

Today, another group says they've found something else in the echo of the Big Bang. These guys start with a different model of the universe called eternal inflation. In this way of thinking, the universe we see is merely a bubble in a much larger cosmos. This cosmos is filled with other bubbles, all of which are other universes where the laws of physics may be dramatically different to ours.

These bubbles probably had a violent past, jostling together and leaving "cosmic bruises" where they touched. If so, these bruises ought to be visible today in the cosmic microwave background.

Now Stephen Feeney at University College London and a few pals say they've found tentative evidence of this bruising in the form of circular patterns in cosmic microwave background. In fact, they've found four bruises, implying that our universe must have smashed into other bubbles at least four times in the past.

Again, this is an extraordinary result: the first evidence of universes beyond our own.

So, what to make of these discoveries. First, these effects could easily be a trick of the eye. As Feeney and co acknowledge: "it is rather easy to fifind all sorts of statistically unlikely properties in a large dataset like the CMB." That's for sure!

There are precautions statisticians can take to guard against this, which both Feeney and Penrose bring to bear in various ways.

But these are unlikely to settle the argument. In the last few weeks, several groups have confirmed Pernose's finding while others have found no evidence for it. Expect a similar pattern for Feeney's result.

The only way to settle this will be to confirm or refute the findings with better data. As luck would have it, new data is forthcoming thanks to the Planck spacecraft that is currently peering into the cosmic microwave background with more resolution and greater sensitivity than ever.

Cosmologists should have a decent data set to play with in a couple of years or so. When they get it, these circles should either spring into clear view or disappear into noise (rather like the mysterious Mars face that appeared in pictures of the red planet taken by Viking 1 and then disappeared in the higher resolution shots from the Mars Global Surveyor).

Planck should settle the matter; or, with any luck, introduce an even better mystery. In the meantime, there's going to be some fascinating discussion about this data and what it implies about the nature of the Universe. We'll be watching.

Ref:

http://arxiv.org/abs/1012.1995: First Observational Tests of Eternal Inflation

http://arxiv.org/abs/1011.3706: Concentric Circles In WMAP Data May Provide Evidence Of Violent Pre-Big-Bang Activity















arXiv blog



Les astronomes découvrent les premières preuves d'autres univers

Nos cosmos a été "meurtri" dans des collisions avec d'autres univers. Maintenant les astronomes ont découvert la première preuve de ces impacts dans le fond cosmique micro-onde

kfc 13/12/2010

    32 commentaires



Il ya quelque chose d'excitant à pied dans le monde de la cosmologie. Le mois dernier, Roger Penrose de l'Université d'Oxford et Vahe Gurzadyan à Erevan en Arménie State University ont annoncé qu'ils avaient trouvé des motifs de cercles concentriques dans le fond diffus cosmologique, l'écho du Big Bang.

Ce, disent-ils, c'est exactement ce que vous attendez si l'univers était éternellement cyclique. Par cela, ils veulent dire que chaque cycle se termine par un big bang qui commence le prochain cycle. Dans ce modèle, l'univers est une sorte de poupée russe cosmique, avec tous les univers précédentes contenues dans l'actuel.

C'est une découverte extraordinaire: la preuve de quelque chose qui s'est produite avant le Big-Bang 'version classique'

Aujourd'hui, un autre groupe dit qu'ils ont trouvé quelque chose d'autre dans l'écho du Big Bang. Ces gars-là commencer par un modèle différent de l'univers s'appelle l'inflation éternelle. Dans cette façon de penser, l'univers que nous voyons n'est qu'une bulle dans un cosmos beaucoup plus grand. Ce cosmos est rempli avec d'autres bulles, qui sont tous des univers où les autres lois de la physique peuvent être considérablement différente de la nôtre.

Ces bulles probablement eu un passé violent, se heurtait et en laissant "contusions cosmiques où ils touchés. Si c'est le cas, ces ecchymoses doit être visible aujourd'hui dans le fond diffus cosmologique.

Maintenant Stephen Feeney de l'University College de Londres et de quelques copains disent qu'ils ont trouvé des preuves de principe de cette ecchymose sous la forme de motifs circulaires dans fond diffus cosmologique. En fait, ils ont trouvé quatre bleus, ce qui implique que notre univers doit avoir percuté d'autres bulles au moins quatre fois dans le passé.

Encore une fois, il s'agit d'un résultat exceptionnel: la première preuve d'univers au-delà du nôtre.

Alors, que faire de ces découvertes. Tout d'abord, ces effets pourraient facilement être un truc de l'œil. Comme Feeney et co reconnaître: "il est assez facile à fifind toutes sortes de propriétés statistiquement improbables dans un vaste ensemble de données comme le CMB." C'est à coup sûr!

Il ya des précautions à prendre pour les statisticiens peuvent se prémunir contre ce qui à la fois Feeney et Penrose apportent à porter de différentes manières.

Mais il est peu probable de régler l'argument. Dans les dernières semaines, plusieurs groupes ont confirmé la conclusion Pernose tandis que d'autres n'ont trouvé aucune preuve pour cela. Attendez-vous un modèle similaire pour résultat Feeney.

La seule façon de régler ce sera pour confirmer ou infirmer les résultats avec de meilleures données. Comme par hasard aurait-il, de nouvelles données sont à venir grâce à la sonde Planck, qui est actuellement en scrutant le fond diffus cosmologique avec plus de résolution et une plus grande sensibilité que jamais.

Les cosmologistes doivent avoir un ensemble de données décents à même de jouer avec une couple d'années environ. Quand ils l'obtenir, ces cercles doivent soit au printemps en vue claire ou disparaissent dans le bruit (un peu comme le visage mystérieux de Mars qui est apparu dans les images de la planète rouge prise par Viking 1 et a ensuite disparu dans les plans à plus haute résolution de la sonde Mars Global Surveyor) .

Planck devrait régler la question, ou, avec un peu de chance, d'introduire un mystère encore mieux. En attendant, il va y avoir une discussion fascinante sur ces données et ce qu'il implique sur la nature de l'Univers. Nous allons regarder.

Réf:

http://arxiv.org/abs/1012.1995:
premiers tests d'observation de l'inflation éternelle

http://arxiv.org/abs/1011.3706:
Cercles concentriques dans des données de WMAP peut fournir une preuve des conflits violents pré-Big-Bang activité



2ème article :



Article du Massachussetts Institute Of Technology (M.I.T.)


disponible sur :
http://www.technologyreview.com/blog/arxiv/25492/
TRADUCTION EN FRANCAIS

arXiv blog

Big Bang Abandoned in New Model of the Universe

A new cosmology successfully explains the accelerating expansion of the universe without dark energy; but only if the universe has no beginning and no end.

kfc 07/27/2010

  • 87 Comments

As one of the few astrophysical events that most people are familiar with, the Big Bang has a special place in our culture. And while there is scientific consensus that it is the best explanation for the origin of the Universe, the debate is far from closed. However, it's hard to find alternative models of the Universe without a beginning that are genuinely compelling.

That could change now with the fascinating work of Wun-Yi Shu at the National Tsing Hua University in Taiwan. Shu has developed an innovative new description of the Universe in which the roles of time space and mass are related in new kind of relativity.

Shu's idea is that time and space are not independent entities but can be converted back and forth between each other. In his formulation of the geometry of spacetime, the speed of light is simply the conversion factor between the two. Similarly, mass and length are interchangeable in a relationship in which the conversion factor depends on both the gravitational constant G and the speed of light, neither of which need be constant.

So as the Universe expands, mass and time are converted to length and space and vice versa as it contracts.

This universe has no beginning or end, just alternating periods of expansion and contraction. In fact, Shu shows that singularities cannot exist in this cosmos.

It's easy to dismiss this idea as just another amusing and unrealistic model dreamed up by those whacky comsologists.

That is until you look at the predictions it makes. During a period of expansion, an observer in this universe would see an odd kind of change in the red-shift of bright objects such as Type-I supernovas, as they accelerate away. It turns out, says Shu, that his data exactly matches the observations that astronomers have made on Earth.

This kind of acceleration is an ordinary feature of Shu's universe.

That's in stark contrast to the various models of the Universe based on the Big Bang. Since the accelerating expansion of the Universe was discovered, cosmologists have been performing some rather worrying contortions with the laws of physics to make their models work.

The most commonly discussed idea is that the universe is filled with a dark energy that is forcing the universe to expand at an increasing rate. For this model to work, dark energy must make up 75 per cent of the energy-mass of the Universe and be increasing at a fantastic rate.

But there is a serious price to pay for this idea: the law of conservation of energy. The embarrassing truth is that the world's cosmologists have conveniently swept under the carpet one the of fundamental laws of physics in an attempt to square this circle.

That paints Shu's ideas in a slightly different perspective. There's no need to abandon conservation of energy to make his theory work.

That's not to say Shu's theory is perfect. Far from it. One of the biggest problems he faces is explaining the existence and structure of the cosmic microwave background, something that many astrophysicists believe to be the the strongest evidence that the Big Bang really did happen. The CMB, they say, is the echo of the Big bang.

How it might arise in Shu's cosmology isn't yet clear but I imagine he's working on it.

Even if he finds a way, there will need to be some uncomfortable rethinking before his ideas can gain traction. His approach may well explain the Type-I supernova observations without abandoning conservation of energy but it asks us to give up the notion of the Big Bang, the constancy of the speed of light and to accept a vast new set of potential phenomenon related to the interchangeable relationships between mass, space and time.

Rightly or wrongly, that's a trade off that many will find hard. Let's hope Shu sticks to his guns, if only for the sake of good old-fashioned debate

Ref: arxiv.org/abs/1007.1750: Cosmological Models with No Big Bang











arXiv blog



Le Big Bang Abandonné pour un nouveau modèle de l'Univers

Une nouvelle cosmologie, explique avec succès l'accélération de l'expansion de l'univers, sans l'énergie sombre, mais seulement si l'univers n'a pas de commencement ni de fin.

kfc
27/07/2010

    87 Commentaires




Comme l'un des rares événements astrophysiques que la plupart des gens sont familiers avec le Big Bang a une place particulière dans notre culture. Et bien qu'il y ait un consensus scientifique que c'est la meilleure explication pour l'origine de l'Univers, le débat est loin d'être clos. Cependant, il est difficile de trouver des modèles alternatifs de l'Univers, sans un début qui sont véritablement convaincante.

Cela pourrait changer maintenant avec le travail fascinant de Wun-Yi Shu à l'Université nationale Tsing Hua à Taiwan. Shu a développé une description innovante de l'Univers dans lequel les rôles de l'espace temps et la masse sont liés à un nouveau genre de la relativité.

Shu idée est que le temps et l'espace ne sont pas des entités indépendantes, mais peuvent être convertis en avant et en arrière entre eux. Dans sa formulation de la géométrie de l'espace-temps, la vitesse de la lumière est tout simplement le facteur de conversion entre les deux. De même, la masse et la longueur sont interchangeables dans une relation dans laquelle le facteur de conversion dépend de la constante de gravitation G et la vitesse de la lumière, qui ne doivent être constants.

Alors que l'Univers se dilate, la masse et le temps sont convertis à la longueur et de l'espace et vice versa comme il se contracte.

Cet univers n'a ni commencement ni fin, juste une alternance de périodes d'expansion et de contraction. En fait, montre que les singularités Shu ne peut pas exister dans ce cosmos.

Il est facile de rejeter cette idée comme une autre modèle amusant et réaliste imaginé par ces comsologists déjanté.

Ceci jusqu'à ce que vous regardez les prévisions qu'elle fait. Au cours d'une période d'expansion, un observateur dans cet univers verrait un drôle de changement dans le décalage vers le rouge des objets brillants tels que les supernovae de type I, comme ils accélèrent l'écart. Il s'avère, dit Shu, que ses données correspond exactement aux observations que les astronomes ont fait sur Terre.

Ce type d'accélération est une fonction ordinaire de l'univers de Shu.

C'est un contraste frappant avec les différents modèles de l'Univers sur la base du Big Bang. Depuis l'accélération de l'expansion de l'Univers a été découvert, les cosmologistes ont été effectuant quelques contorsions plutôt inquiétantes avec les lois de la physique pour rendre leurs modèles de travail.

L'idée la plus communément discuté, c'est que l'univers est rempli d'une énergie sombre qui oblige l'univers de croître à un rythme croissant. Pour que ce modèle fonctionne, l'énergie sombre doit faire en hausse de 75 pour cent de l'énergie de masse de l'Univers et augmenter à un rythme fantastique.

Mais il ya un prix à payer pour grave cette idée: la loi de conservation de l'énergie. La vérité embarrassante, c'est que les cosmologistes du monde ont commodément balayées sous le tapis un le des lois fondamentales de la physique dans une tentative de quadrature du cercle.

Cela peint idées Shu dans une perspective légèrement différente. Il n'est pas nécessaire d'abandonner la conservation de l'énergie pour faire son travail théorique.

Cela ne veut pas dire la théorie de Shu est parfait. Loin de là. Un des plus grands problèmes auxquels il est confronté est d'expliquer l'existence et la structure du fond diffus cosmologique, quelque chose que les astrophysiciens croient être la preuve la plus forte que le Big Bang qui s'est réellement passé. Le CMB, disent-ils, est l'écho du Big Bang.

Comment ça pourrait se produire dans la cosmologie Shu n'est pas encore clair, mais j'imagine qu'il y travaille.

Même si il trouve une certaine façon, il y aura besoin d'être mal à l'aise certains repenser avant ses idées peuvent gagner du terrain. Son approche peut très bien expliquer les observations de supernovae de type I, sans abandonner la conservation de l'énergie, mais il nous demande de renoncer à la notion du Big Bang, la constance de la vitesse de la lumière et à accepter un ensemble vaste et nouveau phénomène potentiel lié à la relations interchangeables entre la masse, l'espace et le temps.

Tort ou à raison, que c'est un compromis que beaucoup auront du mal. Espérons bâtons Shu à ses armes, si ce n'est que pour des raisons de bon vieux débat

Réf: arxiv.org/abs/1007.1750: les modèles cosmologiques avec No Big Bang