Raisonnements mathématiques appliqués à l’origine de le vie par l’évolutionnisme : impossibilité absolue.


Une autre impossibilité absolue existe pour les évolutionnistes. Ils la connaissent bien. Et pourtant, et pourtant... Ils feignent de l’ignorer... Cette impossibilité absolue, c’est l’origine de la vie par l’ « évolution ». Quelques scénarios sont inventés par les évolutionnistes pour expliquer l’apparition primordiale de la cellule. Ces scénarios tentent de trouver des intermédiaires entre les grosses molécules prébiotiques* et l’ordinateur–robot fantastique qu’est la cellule vivante. Ces intermédiaires sont seulement théoriques, malheureusement. Mais les évolutionnistes ne disent que des choses vagues et lacunaires sur ces intermédiaires.

En vérité, il ne peut exister d’intermédiaires, même théoriques.

Cellule vivante en coupe
La partie trilobée est le noyau de la cellule (qui contient l'ADN, structuré en "chromosomes")
Les follicules oranges sont des vacuoles ("petits sacs" servant au stockage des déchets ou alors les métabolites qui doivent servir plus tard dans le temps de la vie de la cellule)
Les follicules violines sont les mitochondries (source métabolique de l'énergie base des réactions du métabolisme)
Les diverticules très allongées de couleur grise sont le réticulum endoplasmique, qui sont la structure sur laquelle se déroule la fabrication des protéines et des enzymes**
La partie externe de couleur vert clair est la membrane cellulaire externe, qui semble simple, mais qui est d'une comlplexité invraisemblable... 
   

Mais pourquoi s’entêtent-ils à tout cela, étant donné que le créationnisme 100 % rationnel et athée est au rendez-vous ?????? De plus, tout le monde sait si bien que l'origine de la vie à la sauce évolutionniste est impossible.....
C'est si vrai que le phénoménal Professeur Honoraire des plus grandes universités, Francis Crick, fondateur de la Biologie Moderne (Prix Nobel de Médecine 1953 et 1982 pour la découverte de la double hélice d'ADN), a écrit un livre qui a eu un retentissement ENORME l'année où il l'a écrit. En effet, dans son livre « Evolution from space » (« La vie vient de l’espace »), le Professeur Crick est bien conscient de cette impossibilité et démontre que l’apparition d’une cellule viable est impossible mathématiquement..
 Je vous fais donc part ici d’un calcul court le démontrant. La chimie et les mathématiques montrent qu’il y a une chance sur 4x10 puissance 27 pour qu’un polymère apparaisse dans une « soupe » d’atomes, c’est à dire 4 suivi de 27 zéros. Or un ADN est un polymère approximativement 1 000 fois plus grand que le premier polymère pris en exemple. Très grossièrement, on en déduit, simplement, très simplement, que la probabilité d’apparition des polymères constituant la membrane cellulaire avec un ADN à l’intérieur est donc de :
10 puissace (27.000), c’est à dire un 1 suivi de 27 000 zéros.
Cette probabilité n’a rigoureusement aucun sens.
    
Molécule d'ADN : ici sont représentés approximativement un million d 'atomes,
ou encore 50.000 "bases" ou "lettres" de l'ADN      

Car des calculs mathématiques simples ont été écrits et publiés, en exemple, lisez le livre « Hasard et certitude » aux editions scinetifiques saint-Edmé. Notez que l'auteur est un athée convaincu, et qu'il ne résoud pas le problème de l'origine de la vie, ni dans l'univers, ni sur Terre.
Ses calculs sur plus de 600 pages de mathématiques et de préambules et lemmes mathématiques montrent que le seuil d’impossibilité d’un événement quel qu’il soit sur notre planète est de 10 puissance(-130).
Je montre maintenant que le seuil d’impossibilité terrestre d’un quelconque événement est de 10 puissance(130). Voici le calcul :
La Terre possède 360 millions de kilomètres carrés d’océans et de mers. Supposons que a totalité des océans soit constituée « soupe organique » (ce qui est idiot, mais au moins cela favorise les tenants de l’évolutionnisme). Cela implique qu’il existerait, pendant 3 milliards d’années 300 000 000 x 4 kilomètres cubes de soupe organique potentielle, puisque la moyenne des fonds océaniques est de 4 km de profondeur. Un atome mesure 10 puissance(-10) mètres cela signifie que le nombre d’atomes existant dans un kilomètre cube est de [10 puissance(-10)puissance(3x3)]. Il faut multiplier ce nombre par 300 x 10 puissance (6) x 4. Le total est de :
10 puissance (-90) x 300 x 10 puissance(6) x 4, soit, 1,2.10 puissance(98). Il faut multiplier ce nombre par 3 milliards d’années, sachant qu’il peut exister un événement toutes les nanosecondes, soit 10-9 secondes.
Le nombre d’événements pouvant exister au cours de 3 milliards d'années est donc de : 3 x 10 puissance(9) x 365 x 24 x 60 x 60 x 10 puissance(9). Soit un total de 94 608 000 x 10 puissance(18).
Le nombre d’événements pendant 3 milliards d’années est donc de :
94 608 000 x 10 puissance (18) x 1,2 x 10 puissance(98), soit un total absolu de : 113,5 x 10puissance(122).
Le nombre maximal d’événements est donc de : 1,2. 10 puissance(124), soit 10 puissance(125) .
Ce chiffre signifie en fait, pour simplifier, que le nombre d’événements, de quelque nature qu’ils soient, ayant existé sur Terre depuis 4,5 milliards d’années, est « seulement » de 10 puissance(125). Il est donc impossible de façon absolue qu’un événement de probabilité 10 puissance(27.000) puisse arriver.
Dire que la vie serait apparue i>spontanément et seulement par le plus grand des hasards
équivaudrait à dire que chacun des événements ayant eu lieu sur Terre depuis sa formation il y a 4,5 milliards d’années aurait eu la finalité de construire une cellule, avec, pour chaque opération atomique ou chimique, une probabilité de 10 puissance(-260).

C’est à dire que chacun des 10 puissance(125) événements terrestres, chaque événement devrait avoir le but de créer la vie, mais ceci avec une probabilité de 10puissance(-260)!!!!!!!
Cette probabilité de 10 puissance (-260), je vous explique à quoi elle correspond :
pour gagner au Loto de La Française Des Jeux, chaque joueur a une chance sur 14 millions de gagner le gros lot, soit une probabilité de 1,4 x 10puissance(-7). En conséquence, la probabilité de 10 puissance(-260) correspond au fait que seuls 30 joueurs jouent, mais tous gagnent le gros lot, simultanément, et ce, sachant qu’il y aurait un tirage du Loto tous les milliardièmes de seconde, et ce, pendant 4, 5 milliards d’années !!! Et cela, en se disant que la totalité de tous les événements aux niveaux de chaque molécule n’aurait eu que pour unique but que de créer la vie (ce qui est totalement anti-scientifique, puisque la chimie est gouvernée par le hasard, qui, mathématiquement, le plus mathématiquement du monde, fait toujours n’importe quoi !!) !
Et même si on ramenait le calcul à l’ensemble de toutes les planètes existant dans l’univers connu, c’est à dire :
  • · 1 planète viable par système stellaire ( = « système solaire » )
  • 100 000 milliards de systèmes stellaires ( = solaires ) par galaxie
  • 100 milliards de milliards de galaxies dans l’univers
eh bien, on arriverait à :
[10puissance(14)] x 100 x 10 puissance (18) = 10 puissance(34). Par conséquent, le seuil d’impossibilité terrestre [10puissance(125)] appliqué à tout l’univers, est de : [10puissance(125)] x [10puissance(34)] = 10puissance(159) !!!!!! C’est à dire que 10(puissance159) est donc le seuil d’impossibilité absolue des événements dans l’univers tout entier, quels que soient ces événements...... Ce chiffre est incommensurablement plus petit que les 10puissance(27.000).... Il signifie en effet que l’univers devrait être approximativement 10puissance(26841) plus grand qu’il n’est comme l’indique les astrophysiciens actuels, ce qui définitivement coupe court à toute volonté évolutionniste. Et même, cet univers aux dimensions et « dispositions » totalement farfelues ne ferait que résoudre que la seule apparition spontanée d’un bout d’ADN !
..... Tout est dit.
Croyez-vous ?

Non ! Les évolutionnistes sont toujours là ! Ils clament la déification du hasard ! Ils exigent des universitaires de se prosterner devant le prophète Darwin !!! « Darwin aqbar ! »
En fait, il faut encore poursuivre le calcul :
· Encore faudrait-il que cet ADN soit signifiant d’une information viable
· Encore faudrait-il que cet ADN soit entouré d’une structure cellulaire viable
· Encore faudrait-il que le noyau cellulaire, et plus généralement, cette cellule dispose d’un système de transcription* viable, c’est à dire que l’ADN viable soit « transcrit* » en protéines par les structures cellulaires immensément complexes telles que les ribosomes* et la correspondance avec les ARN de transfert
· Toute cette machinerie chimique cellulaire se nomme le « code génétique », qui est parfaitement connu, dont on connaît parfaitement le fonctionnement mais dont l’origine évolutionniste n’a jamais été expliquée, même d’un iota !! Et ce, même de manière théorique !
..... On aboutit là à une impossibilité absolue !

Mais il faut révéler ici que Francis Crick émet également une hypothèse révolutionnaire. Qui balaye tout ce qui a été dit depuis le début des temps !!! Ce génie de la Science affirme le plus clairement du monde que la vie a été importée sur notre par « un » extra-terrestre !! Les lois du hasard sont si implacables que ce scientifique qui a fondé les bases de la biologie actuelle s’en remet aux scénarios « soucoupistes » les plus triviaux, et qu’on qualifierait de stupides ou certainement délirants.... si ce n’était pas cette sommité incontournable qui validait cette hypothèse des plus extravagantes...

Mais cette hypothèse est aussi la mienne, je vais même plus loin que ce chercheur scientifique tout à fait émérite et rigoureusement incontournable, fondateur de tous les espoirs médicaux d’aujourd’hui et du futur ; et dans mon livre, vous suivez donc les idées certes les plus révolutionnaires, mais qui sont avancées par le scientifique le plus avancé de toute l’Histoire… Je ne cite pas ses livres car aucun à ma connaissance n’est plus réédité ; cependant, vous pouvez vérifier mes dires en compulsant le dernier livre de Michael Drosnin, actuellement journaliste indépendant, et anciennement au Washington Post et au Wall Street Journal. Ce livre s’intitule « La Bible : le code secret, tome II », il est édité chez Robert Laffont, depuis 2003.


Maintenant, je prends le phénomène de l’apparition spontanée de la cellule primordiale, ancêtre supposée de tous les êtres vivants, avec un autre raisonnement mathématique.
Les séquences d’acides aminés* possibles sont d’un nombre infiniment vaste (comme celui des séquences de lettres pour former des mots, des phrases, etc). Les séquences obéissant à des restrictions particulières qui peuvent être définies, à l’instar des règles de grammaire, sont donc nécessairement d’une très grande rareté. Une séquence donnée de 10 acides aminés seulement n’intervient par hasard que dans une protéine de taille moyenne sur 10puissance(13) environ ; une séquence donnée de 20 acides aminés, dans une protéine sur 10puissance(26) ; et une séquence donnée de 30 acides aminés, dans une protéine sur 10puissance(39) !
Or, il est facile de montrer que le nombre de protéines possibles ayant existé sur Terre depuis sa formation ne dépasse pas 10puissance(40), il devient donc totalement invraisemblable que les milliers de protéines fonctionnelles présentes dans une seule espèce aient jamais pu être « inventées » par hasard sur la Terre ! Car alors cela donne 10puissance(40.000) ! Ce qui est infiniment plus grand que 10puissance(40) : très exactement 10puissance(1000) plus grand, c’est à dire 1 milliard de milliards de milliards de milliards ( et cela 110 fois ) plus grand !


Voici un autre raisonnement mathématique sur la formation d’une cellule par pur hasard : une centaine au moins de protéines devrait apparaître au même endroit. Chacun de ces événements indépendants (apparition d’une protéine par hasard) a une probabilité qui ne peut guère dépasser 10puissance(-20) ; la probabilité maximale de leur intervention simultanée est donc de l’ordre de 10puissance(-20x100), soit 10puissance(-2000). Ce qui est impossible puisque le seuil d’impossibilité d’un quelconque événement sur Terre est de 10puissnce(-125), ou pour l’univers, de 10puissance(-159)...

D’autres scientifiques tels SIR FRED HOYLE, un des scientifiques LES PLUS CONNUS DE L'ASTROPHYSIQUE, estiment que le problème est bien pire que ça : il y a environ 2000 enzymes dans toutes cellule viable. Les chances de les obtenir toutes en même temps par hasard sont seulement d’une sur 10 puissance(-20) à la puissance 2000, soit une probabilité de 10 puissance(-40.000), ce qu’on ne pourrait pas surmonter même si tout l’univers consistait en « soupe organique* » !...

Ni Darwin, ni Dawkins, ni aucun autre biologiste n’ont jamais calculé la probabilité de découvrir par recherche aléatoire*, dans le temps limité imparti, les types de systèmes complexes omniprésents dans la nature. Même aujourd’hui, nous n’avons aucun moyen d’estimer de manière rigoureuse la probabilité d’une seule protéine fonctionnelle... Il est donc certainement un peu prématuré de prétendre que les moustiques et les éléphants ont été engendrés par des processus dus au hasard, alors qu’on ne connaît pas encore les chances de découvrir fortuitement une seule molécule de protéine fonctionnelle !

Mais Sir Fred Hoyle s’est aussi distingué par ses théories révolutionnaires. Il affirme lui aussi que la vie vient de l’espace. Ce sont toutes les théories de la panspermie. Orgel et Wickhstrimkhe se sont également illustrés en publiant des études sur la panspermie, qui ont été vulgarisées au travers d’ouvrages depuis leur initiateur. Sachez pour votre gouverne que leurs livres sont épuisés chez l’éditeur et que, par conséquent, ces auteurs ne sont pas cités dans la bibliographie.

Depuis lors, les publications scientifiques font la part belle aux théories de la vie qui vient de l’espace. J’en prends pour exemple le numéro 262 du magazine « Pour la science » d’août 1999. L’article s’intitule « Les briques de la vie », et non pas, comme on devrait ( mais si ! ) le lire « L’origine de la vie expliquée ». L’article, publié 140 ans après « L’Origine des Espèces » de Charles Darwin n’explique toujours pas l’origine de la vie !!!!!!... Ce qui est un comble pour la religion universelle de l’évolutionnisme acceptée comme un fait par tous !!!!!!!… Mais je m’enquiers de vous expliquer les dernières réflexions des scientifiques sur l’origine de la vie par l’évolutionnisme… L’article, qui fait 10 pages, de la page 70 à 79, ne donne qu’un seul élément concret pouvant un tant soit peu aller dans le sens de la panspermie : c’est le fait que les molécules de quinones retrouvées dans les astéroïdes sont identiques à celles existant dans les êtres vivants de notre planète. La belle affaire ! Et pourtant, tout de go, les évolutionnistes de conclure que c’est une présomption la plus à la mode pour expliquer l’origine de la vie ! L’article affirme en effet page 79 :
« On peut aussi supposer que les molécules organiques extra-terrestres n’aient été que des réactifs à partir desquels la vie s’est formée. On peut imaginer qu’une molécule « tombée du ciel » a amorcé ou accéléré une réaction chimique importante pour le fonctionnement d’une vie primitive. Si les molécules initiatrices de la vie ont bien été réunies dans une soupe primordiale, les acides aminés de l’espace ont pu fournir les quantités critiques pour permettre ces réactions. De même, si les événements prébiotiques ont eu lieu dans les fonds marins, ils ont pu bénéficier de composés extra-terrestres qui tombaient en pluie dans les océans. »

On pourrait croire que l’origine de la vie est maintenant connue.
Cet article démontre au moins que les molécules nécessaires à la vie, comme les acides aminés sont très répandus dans le cosmos. Et que la vie ailleurs que sur notre planète est par conséquent probable.
Mais l’article poursuit immédiatement :
« L’écart est colossal entre les composés organiques les plus complexes de l’espace et les molécules de l’hérédité [l‘ADN] et du métabolisme actuel. »
Autrement dit, les scientifiques trouvent des quinones dans les météorites et renforcent leur fanatisme évolutionniste religieux dans cette découverte. Mais que je sache, les quinones sont démesurément insignifiantes par rapport à la complexité de ce qu’est une cellule (reprendre pour cela le terme de « réactifs » dans la citation). J’ai souligné en effet l’allusion que fait le scientifique à une vie dite « primitive » ; il veut dire par là que les métabolismes [c’est à dire les milliards de réactions chimiques harmonisées et finalisées dans une cellule fonctionnelle qui fonctionne et qui donc font que la cellule vit] des cellules « primitives » sont différentes du métabolisme actuellement...
Pour prendre une métaphore « automobile », les scientifiques retrouvent dans l’espace un bout de languette de cuivre, partie intégrante du delco, et ils en déduisent qu’ils ont trouvé une voiture ! En bon état de marche bien sûr. Avec les routes qui vont avec bien sûr. Alors que ce serait la seule voiture fonctionnelle qui existerait. Mais la métaphore doit aller jusqu'au fait qu’une usine ultramoderne super automatisée fabrique cette voiture en série.

 

< Précédent| |Suivant >