L'univers est éternel d'après des scientifiques : la dimension "temps" n'existe pas (28 avril 2011)

En avril 2006, Science & Vie, mensuel ultra-conservateur, publiait déjà les conclusions d'une multitude de scientifiques.
(on sait que toute publication scientifique est contre-visée par d'autres scientifiques n'ayant pas participé aux recherches...)

Cette nouvelle théorisation :
  • corrobore l'idée d'un univers qui serait donc éternel
  • et autorise [théoriquement] l'hypothèse de l'Exogénèse : la Création scientifique et artistique d'humanités par une précédente depuis des temps immémoriaux, depuis toute éternité......




< Précédent | |Suivant >


article visible sur :
http://www.physorg.com/news/2011-04-scientists-spacetime-dimension.html





Traduction par Google-Traduction (sous-titres aménagés) ;
l'article original est recopié après la traduction en français





Les scientifiques suggèrent que l'espace-temps n'a pas de dimension de temps

25 avril 2011 par Lisa Zyga

rapport

Des scientifiques proposent que les horloges de mesurer l'ordre numérique des changements importants dans l'espace, où l'espace est une entité fondamentale; temps lui-même n'est pas une entité physique fondamentale. Crédit image: Wikimedia Commons.

(PhysOrg.com) - La notion de temps comme un moyen de mesurer la durée des événements est non seulement profondément intuitif, il joue également un rôle important dans notre description mathématique des systèmes physiques. Par exemple, nous définissons la vitesse d'un objet que son déplacement par un temps donné. Mais certains chercheurs pensent que cette idée newtonienne de temps comme une quantité absolue qui coule sur ses propres, avec l'idée que le temps est la quatrième dimension de l'espace-temps, sont incorrects. Ils proposent de remplacer ces concepts de temps avec une vue qui correspond plus précisément au monde physique: le temps comme une mesure de l'ordre numérique de changement.

Dans deux articles récents (celui publié et un à paraître) dans Essays Physics, Amrit Sorli, Davide Fiscaletti, et Dusan Klinar de la Recherche scientifique du Centre Bistra à Ptuj, en Slovénie, ont décrit plus en détail ce que cela signifie. Aucune dimension de temps

Ils commencent par expliquer comment nous avons l'habitude supposons que le temps est une quantité physique absolue qui joue le rôle de la variable indépendante (temps t, est souvent l'axe des x sur les graphiques qui montrent l'évolution d'un système physique). Mais, comme ils notent, nous n'avons jamais vraiment mesurer t. Ce que nous faisons mesure est la fréquence d'un objet, vitesse, etc En d'autres termes, ce qui existe expérimentalement sont le mouvement d'un objet et la tique d'une horloge, et nous comparons le mouvement de l'objet pour la tique d'une horloge pour mesurer la fréquence de l'objet , vitesse, etc En soi, T a seulement une valeur mathématique, et pas d'existence physique primaire.

Cette vue ne signifie pas que le temps n'existe pas, mais que le temps a plus à voir avec l'espace que l'idée d'un temps absolu. Ainsi, alors que l'espace-temps 4D est généralement considérée comme étant composée de trois dimensions d'espace et une dimension de temps, vue par les chercheurs suggèrent que c'est plus correct d'imaginer l'espace-temps comme quatre dimensions de l'espace. En d'autres termes, comme on dit, l'univers est «intemporelle».

«L'espace de Minkowski n'est pas 3D + T, il est 4D", écrivent les scientifiques dans leur étude la plus récente. "Le point de vue qui considère le temps d'être une entité physique dans lequel se produisent des changements importants est ici remplacée par une vue plus pratique de temps étant simplement l'ordre numérique des changements importants. Cette vision correspond mieux au monde physique et a plus grand pouvoir explicatif dans la description de phénomènes physiques immédiates: la gravité, l'interaction électrostatique, le transfert d'informations par l'expérience EPR sont des phénomènes physiques effectués directement par l'espace dans lequel les phénomènes physiques se produisent ".

Comme les scientifiques ajoutée, les racines de cette idée viennent d'Einstein lui-même.

»Disait Einstein,« Le temps n'a pas d'existence indépendante en dehors de l'ordre des événements par lesquels on les mesurer "," Sorli dit PhysOrg.com. «Le temps est exactement l'ordre des événements: c'est ma conclusion."

Dans l'avenir, les scientifiques projettent d'étudier la possibilité que quantique espace a trois dimensions de l'espace, comme expliqué Sorli. "L'idée de temps étant la quatrième dimension de l'espace n'a pas apporté beaucoup de progrès dans la physique et est en contradiction avec le formalisme de la relativité restreinte", at-il dit. «Nous sommes en train de développer un formalisme quantique l'espace de la 3D basée sur le travail de Planck. Il semble que l'univers est en 3D à partir de la macro au niveau micro au volume Planck, qui par le formalisme est en 3D. Dans cet espace 3D il n'ya pas de «contraction des longueurs," il n'ya pas de «dilatation du temps." Ce qui existe vraiment, c'est que la vitesse de changement important est «relative» dans le sens d'Einstein. "

Ordre numérique dans l'espace

Les chercheurs donnent un exemple de ce concept de temps en imaginant un photon qui se déplace entre deux points dans l'espace. La distance entre ces deux points est composé de distances Planck, dont chacun est la plus petite distance que le photon peut se déplacer. (L'unité fondamentale de cette motion est temps de Planck.) Lorsque le photon se déplace sur une distance de Planck, il se déplace exclusivement dans l'espace et non dans le temps absolu, expliquent les chercheurs. Le photon peut être considéré comme le déplacement du point 1 au point 2, et sa position au point 1 est «avant» sa position au point 2 dans le sens que le numéro 1 vient avant le numéro 2 dans l'ordre numérique. Ordre numérique n'est pas équivalent à l'ordre temporel, c'est à dire, le numéro 1 n'existe pas avant le numéro 2 dans le temps, que numériquement.

Comme les chercheurs expliquent, sans utiliser le temps comme la quatrième dimension de l'espace-temps, le monde physique peut être décrite avec plus de précision. Comme physicien Enrico Prati noté dans une récente étude, la dynamique hamiltonienne (équations de la mécanique classique) est robuste bien définis sans le concept de temps absolu. D'autres scientifiques ont souligné que le modèle mathématique de l'espace-temps ne correspond pas à la réalité physique, et de proposer qu'un «espace d'état" intemporelle fournit un cadre plus précis.

Les scientifiques ont également étudié la falsifiabilité des deux notions de temps. La notion de temps comme la quatrième dimension de l'espace - comme une entité physique fondamentale dans laquelle se produit une expérience - peut être falsifié par une expérience dans laquelle le temps n'existe pas, selon les scientifiques. Un exemple d'une expérience dans laquelle le temps n'est pas présent comme une entité fondamentale est l'expérience de Coulomb; mathématiquement, cette expérience a lieu seulement dans l'espace. D'autre part, dans le concept du temps comme un ordre numérique des changements en cours dans l'espace, l'espace est l'entité physique fondamentale dans laquelle se produit une expérience donnée. Bien que ce concept pourrait être faussées par une expérience dans laquelle le temps (mesuré par les horloges) n'est pas l'ordre numérique de changement important, une telle expérience n'est pas encore connue.

"La théorie de Newton sur le temps absolu n'est pas falsifiable, vous ne pouvez pas le prouver ou la réfuter, il faut y croire», a déclaré Sorli. «La théorie du temps comme la quatrième dimension de l'espace est falsifiable et dans notre dernier article nous prouvons qu'il ya de fortes indications qu'il pourrait être faux. Sur la base de données expérimentales, le temps est ce que nous mesurons avec des horloges: avec des horloges nous mesurons l'ordre numérique des changements importants, à savoir le mouvement dans l'espace ".

Le sens de tout cela...


En plus de fournir une description plus précise de la nature de la réalité physique, la notion de temps comme un ordre numérique de changement peut également résoudre le paradoxe de Zénon d'Achille et la Tortue. Dans ce paradoxe, plus vite le talon d'Achille donne la tortue une avance dans la course. Mais bien d'Achille peut courir 10 fois plus rapide que la tortue, il ne peut jamais dépasser la tortue, car, pour chaque unité de distance que l'Achille court, la Tortue gère également 1 / 10 de cette distance. Donc, chaque fois qu'Achille atteint un point où la tortue a été, la Tortue a également déplacé légèrement en avance. Bien que la conclusion d'Achille ne peut jamais dépasser la tortue est évidemment faux, il ya beaucoup de différentes explications proposées pour expliquer pourquoi l'argument est erroné.

Ici, les chercheurs expliquent que le paradoxe peut être résolu par la redéfinition de vitesse, de sorte que la vitesse des deux coureurs est dérivé de l'ordre numérique de leur mouvement, plutôt que de leur déplacement et la direction dans le temps. Dans cette perspective, le mouvement d'Achille et la Tortue à travers l'espace seulement, et Achille ne peut surpasser Tortue dans l'espace, mais pas en temps absolu.

Les chercheurs ont aussi brièvement examiner comment cette nouvelle vision du temps correspond à la façon dont nous percevons intuitivement temps. De nombreuses études neurologiques ont confirmé que nous avons un sentiment de passé, présent et futur. Cette preuve a conduit à la proposition que le cerveau représente le temps d'un circuit interne "horloge" qui émet des tiques nerveux (le «pacemaker-accumulateur" modèle). Cependant, certaines études récentes ont remis en cause cette vision traditionnelle, et suggèrent que le cerveau représente le temps d'une manière spatialement distribués, par détection de l'activation des différentes populations de neurones. Bien que nous percevons les événements comme se produisant dans le futur passé, présent, ou, ces concepts peuvent être simplement partie d'un cadre psychologique dans lequel nous vivons des changements importants dans l'espace.

Enfin, les chercheurs expliquent que cette conception du temps ne semble pas encourageant pour les voyageurs du temps.

«À notre avis, voyage dans le temps dans le passé et le futur ne sont pas possibles", a déclaré Sorli. "On peut voyager dans l'espace seulement, et le temps est un ordre numérique de sa motion."

Plus d'informations:
Amrit Sorli, Davide Fiscaletti, et Dusan Klinar. "Remplacement du temps avec l'ordre numérique des changements importants, résout les problèmes de Zénon de mouvement." Essais de Physique, 24, 1 (2011). DOI: 10.4006/1.3525416

Amrit Sorli, Dusan Klinar, et Davide Fiscaletti. «Nouveau regard sur la théorie de la relativité." Physique Essais 24, 2 (2011). Pour être publiés.

© 2010 PhysOrg.com

Ads by Google

point de vue populaire envoyer des commentaires aux éditeurs
4 / 5 (43 votes)




ARTICLE D'ORIGINE (anglais)



Scientists suggest spacetime has no time dimension


April, 25, 2011, by Lisa Zyga
report

Scientists propose that clocks measure the numerical order of material change in space, where space is a fundamental entity; time itself is not a fundamental physical entity. Image credit: Wikimedia Commons.

(PhysOrg.com) -- The concept of time as a way to measure the duration of events is not only deeply intuitive, it also plays an important role in our mathematical descriptions of physical systems. For instance, we define an object's speed as its displacement per a given time. But some researchers theorize that this Newtonian idea of time as an absolute quantity that flows on its own, along with the idea that time is the fourth dimension of spacetime, are incorrect. They propose to replace these concepts of time with a view that corresponds more accurately to the physical world: time as a measure of the numerical order of change.



In two recent papers (one published and one to be published) in Physics Essays, Amrit Sorli, Davide Fiscaletti, and Dusan Klinar from the Scientific Research Centre Bistra in Ptuj, Slovenia, have described in more detail what this means.

No time dimension

They begin by explaining how we usually assume thatt time is an absolute physical quantity that plays the role of the independent variable (time, t, is often the x-axis on graphs that show the evolution of a physical system). But, as they note, we never really measure t. What we do measure is an object's frequency, speed, etc. In other words, what experimentally exists are the motion of an object and the tick of a clock, and we compare the object's motion to the tick of a clock to measure the object's frequency, speed, etc. By itself, t has only a mathematical value, and no primary physical existence.

This view doesn't mean that time does not exist, but that time has more to do with space than with the idea of an absolute time. So while 4D spacetime is usually considered to consist of three dimensions of space and one dimension of time, the researchers' view suggests that it's more correct to imagine spacetime as four dimensions of space. In other words, as they say, the universe is "timeless."

"Minkowski space is not 3D + T, it is 4D," the scientists write in their most recent paper. "The point of view which considers time to be a physical entity in which material changes occur is here replaced with a more convenient view of time being merely the numerical order of material change. This view corresponds better to the physical world and has more explanatory power in describing immediate physical phenomena: gravity, electrostatic interaction, information transfer by EPR experiment are physical phenomena carried directly by the space in which physical phenomena occur."

As the scientists added, the roots of this idea come from Einstein himself.

"Einstein said, 'Time has no independent existence apart from the order of events by which we measure it,'" Sorli told PhysOrg.com. "Time is exactly the order of events: this is my conclusion."

In the future, the scientists plan to investigate the possibility that quantum space has three dimensions of space, as Sorli explained.

"The idea of time being the fourth dimension of space did not bring much progress in physics and is in contradiction with the formalism of special relativity," he said. "We are now developing a formalism of 3D quantum space based on Planck work. It seems that the universe is 3D from the macro to the micro level to the Planck volume, which per formalism is 3D. In this 3D space there is no 'length contraction,' there is no 'time dilation.' What really exists is that the velocity of material change is 'relative' in the Einstein sense."

Numerical order in space

The researchers give an example of this concept of time by imagining a photon that is moving between two points in space. The distance between these two points is composed of Planck distances, each of which is the smallest distance that the photon can move. (The fundamental unit of this motion is Planck time.) When the photon moves a Planck distance, it is moving exclusively in space and not in absolute time, the researchers explain. The photon can be thought of as moving from point 1 to point 2, and its position at point 1 is "before" its position at point 2 in the sense that the number 1 comes before the number 2 in the numerical order. Numerical order is not equivalent to temporal order, i.e., the number 1 does not exist before the number 2 in time, only numerically.

As the researchers explain, without using time as the fourth dimension of spacetime, the physical world can be described more accurately. As physicist Enrico Prati noted in a recent study, Hamiltonian dynamics (equations in classical mechanics) is robustly well-defined without the concept of absolute time. Other scientists have pointed out that the mathematical model of spacetime does not correspond to physical reality, and propose that a timeless "state space" provides a more accurate framework.

The scientists also investigated the falsifiability of the two notions of time. The concept of time as the fourth dimension of space - as a fundamental physical entity in which an experiment occurs - can be falsified by an experiment in which time does not exist, according to the scientists. An example of an experiment in which time is not present as a fundamental entity is the Coulomb experiment; mathematically, this experiment takes place only in space. On the other hand, in the concept of time as a numerical order of change taking place in space, space is the fundamental physical entity in which a given experiment occurs. Although this concept could be falsified by an experiment in which time (measured by clocks) is not the numerical order of material change, such an experiment is not yet known.

"Newton theory on absolute time is not falsifiable, you cannot prove it or disprove it, you have to believe in it," Sorli said. "The theory of time as the fourth dimension of space is falsifiable and in our last article we prove there are strong indications that it might be wrong. On the basis of experimental data, time is what we measure with clocks: with clocks we measure the numerical order of material change, i.e., motion in space."

How it makes sense

In addition to providing a more accurate description of the nature of physical reality, the concept of time as a numerical order of change can also resolve Zeno's paradox of Achilles and the Tortoise. In this paradox, the faster Achilles gives the Tortoise a head start in the race. But although Achilles can run 10 times faster than the Tortoise, he can never surpass the Tortoise because, for every distance unit that Achilles runs, the Tortoise also runs 1/10 that distance. So whenever Achilles reaches a point where the Tortoise has been, the Tortoise has also moved slightly ahead. Although the conclusion that Achilles can never surpass the Tortoise is obviously false, there are many different proposed explanations for why the argument is flawed.

Here, the researchers explain that the paradox can be resolved by redefining velocity, so that the velocity of both runners is derived from the numerical order of their motion, rather than their displacement and direction in time. From this perspective, Achilles and the Tortoise move through space only, and Achilles can surpass Tortoise in space, though not in absolute time.

The researchers also briefly examine how this new view of time fits with how we intuitively perceive time. Many neurological studies have confirmed that we do have a sense of past, present, and future. This evidence has led to the proposal that the brain represents time with an internal "clock" that emits neural ticks (the "pacemaker-accumulator" model). However, some recent studies have challenged this traditional view, and suggest that the brain represents time in a spatially distributed way, by detecting the activation of different neural populations. Although we perceive events as occurring in the past, present, or future, these concepts may just be part of a psychological frame in which we experience material changes in space.

Finally, the researchers explain that this view of time does not look encouraging for time travelers.

"In our view, time travel into the past and future are not possible," Sorli said. "One can travel in space only, and time is a numerical order of his motion."


More information:
Amrit Sorli, Davide Fiscaletti, and Dusan Klinar. "Replacing time with numerical order of material change resolves Zeno problems of motion." Physics Essays, 24, 1 (2011). DOI: XXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Amrit Sorli, Dusan Klinar, and Davide Fiscaletti. "New Insights into the Special Theory of Relativity." Physics Essays 24, 2 (2011). To be published.


© 2010 PhysOrg.com
Apr 25, 2011